Vente solidaire de fruits et légumes contre la vie chère: vendredi 1 septembre

1. Avec des prix moyens de fruits & légumes de plus en plus élevés, la recommandation « Mangez 5 fruits & légumes » est tout à fait inaccessible pour un très grand nombre de familles. 43 % des français en mangent insuffisamment. Sans parler du bio, 70 % plus cher que les produits conventionnels !

2. Malgré ces prix, les producteurs n’arrivent pas à joindre les deux bouts. Les revenus des agriculteurs ont baissé de 25 % ces deux dernières années.

3. Les marges excessives de la grande distribution en sont la principale cause. Les grandes enseignes réalisent des marges de 30 à 50 % sur les produits frais : des cerises vendues 6 € le kilo rapportent seulement 0,90 € au paysan.

La grande distribution exploite les producteurs et les consommateurs.

La grande distribution qu’est-ce que c’est ? Prenons l’exemple d’Auchan. Auchan est détenu par la famille Mulliez, 3 ème fortune de France. La famille déclare ses revenus en Belgique pour payer moins d’impôts. Les gouvernement successifs restent là sans rien faire au lieu de réguler les prix garantissant une vie digne aux producteurs et des prix accessibles aux consommateurs. Et le comble, c’est que Auchan bénéficie du CICE, cadeau financier aux entreprises censé aider à l’emploi (alors que l’entreprise en supprime 800 cette année.

Reprenons nos vies en main. Ce n’est pas aux grands groupes capitalistes de décider ce que nous mettons dans notre assiette.

Ensemble, nous sommes forts !

Une agriculture familiale et respectueuse de l’environnement, la priorité aux circuits courts, le principe de la souveraineté alimentaire pour que les peuples puissent se nourrir eux-mêmes au lieu de la course aux exportations qui les affame, oui, nous pouvons gagner ces causes.

Grâce aux mobilisations citoyennes

Grâce au vote, nous pouvons aussi donner plus de force aux organisations qui ne se contentent pas de dénoncer, mais proposent des solutions.

Le Parti communiste, comme le montre l’immense travail de propositions de ses députés, est de celles-là.

Victoire pour les grévistes de l’EHPAD de Foucherans

Humanité du 27 juillet / Mélanie Mermoz

La plus longue grève de soignants jamais menée se termine par une victoire. Elle a, en outre, permis de mettre en lumière la souffrance de personnels en sous-effectifs et les conditions de vie des personnes âgées dépendantes dans les établissements.

« C’est chouette, une lutte de classes qui gagne », s’exclame Anne-Sophie Pelletier, la porte-parole des grévistes de l’Etablissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes (Ehpad)- Les Opalines de Foucherans, oscillant entre sourire et larmes. Il aura fallu 117 jours de grève pour que ce conflit, le plus long qui ait jamais eu lieu dans un établissement pour personnes âgées, se termine. A l’issue de plusieurs jours de négociations avec Vincent Chagué, médiateur appelé par la direction du groupe SGMR-Les Opalines, un protocole d’accord a été conclu jeudi 27 juillet en début d’après-midi. Il sera présenté vendredi 28 juillet à 11 heures lors d’une conférence de presse qui se tiendra devant l’établissement : outre les deux postes de soignants financés par les ARS, les grévistes ont obtenu la création d’un observatoire du bien-être des personnels, le versement d’une prime exceptionnelle de 450 euros et l’attribution de trois semaines de congés payés supplémentaires cette année. Une manière de ne pas parler de paiement des jours de grève…
Demain, après cette conférence de presse, elles pourront enfin partir en vacances. Elles (et lui, un homme aide médicopsychologique a rejoint le mouvement le 20 avril) se retrouveront début août pour un séjour d’une semaine, invités par le comité d’entreprise d’EDF dans son centre de Mouthe. Le 28 août, les grévistes reprendront le travail, la tête haute. « Notre comité de grève se transformera alors en comité de vigilance », annonce Marielle Pauly, gréviste et déléguée du personnel.
 « Il y aura un avant et un après Foucherans dans le secteur des Ehpad à but lucratif», affirme Albert Papadacci, le délégué syndical central CGT du groupe Korian qui a suivi les négociations. Cette grève, par sa longueur exceptionnelle a permis d’inviter les conditions de travail des personnels et donc de vie des personnes âgées dans le débat public. Et ce jusqu’aux travées de l’Assemblée Nationale par la voix de François Ruffin ou Caroline Fiat. Pour Anne-Sophie Pelletier, pas question de s’arrêter là. « Je veux continuer ce combat pour la dignité des personnes âgées ».

100 ème jour de grève aux Opalines de Foucherans : le refus de négocier, ça suffit !

Communiqué du Comité Régional PCF de Franche-Comté

Image associée

 

Au 100 ème jour de grève aux Opalines de Foucherans, c’est toujours le mur du refus du côté de la direction du groupe financier SGMR propriétaire de l’Ehpad, et l’immobilisme de côté de l’ARS, du Conseil Départemental du Jura et du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté.

C’est intolérable, et nous réaffirmons notre soutien moral et financier aux grévistes, dont les revendications légitimes correspondent à l’intérêt des résidents. C’est le combat de la dignité dans le travail, du respect des personnes âgées, contre la logique de rentabilité à tout prix imposée par un groupe financier pour satisfaire les appétits de ses actionnaires. C’est le combat de « l’humain d’abord » contre le profit avant tout.

Dans ce conflit pour obtenir des moyens humains qui mettent fin à des journées de travail allant jusqu’à 10h30 et à la maltraitance des résidents, auxquels le personnel ne peut consacrer que 15 minutes pour le lever, la toilette, la distribution des médicaments, le petit-déjeuner et l’habillage, les institutions publiques, notamment l’ARS qui finance en partie les salaires, et les collectivités territoriales (conseil départemental et conseil régional) n’ont pas exercé sur les propriétaires privés des Opalines les pressions, voire les sanctions, qu’exige normalement leur mission de protection de l’intérêt général. Elles portent une part de responsabilité dans la prolongation du conflit. Il y a urgence à ce qu’elles interviennent fermement pour débloquer la situation.

La privatisation des activités de santé, que le gouvernement Macron-Philippe s’apprête à étendre, l’insuffisance de prise en charge collective et mutualisée de la dépendance, qui va s’accroître avec la réduction annoncée des cotisations sociales et des dépenses publiques, sont incompatibles avec le respect aux aînés qu’une société solidaire devrait développer. De telles orientations politiques opèrent un recul de civilisation, que le marketing politique présidentiel ne pourra pas longtemps camoufler.

Fête de l’Huma: bus au départ de Besançon

La vignette coûte 25 . (Le pass pour 3 jours!)

Le PCF du Doubs organise un bus au départ de Besançon :

– départ le vendredi 15 septembre à 8h du parking Battant

– retour dans la nuit du dimanche 17/09 au lundi 18/09 vers 2h du matin au même endroit. (Départ de la fête vers 20h)

Tarifs : 70 € (transport aller / retour + entrée 3 jours)

Camping à réserver par les festivaliers directement sur internet (sur le site de la Fête: http://fete.humanite.fr/ )

L’organisation se réserve le droit d’annuler le bus en cas de réservations insuffisantes

Tournoi de Foot Solidarité Gaza

 

Cette année, comme nous le faisons à présent depuis trois ans, nous avons organisé notre traditionnel « Tournoi de Foot Solidarité Gaza » au complexe sportif des Torcols. Ce tournoi millésime 2017, fut encore une fois une belle réussite. En effet même si le contexte de ces dernières semaines n’était pas forcément propice à la tenue de ce tournoi étant donné les élections et l’espace que celles-ci occupaient tant dans les media que dans l’esprit de nos concitoyens.

Cependant, malgré cela nous avons réussi à réunir des personnes de tous horizons, autour de la plus belle des causes : « La liberté des peuples ». En effet quatre équipes ont répondu présentes et de nombreuses personnes sont venues regarder, boire, manger, discuter, en signe de solidarité.

Nous avons grâce à ce tournoi pu récolter un peu plus de 100 euros que nous reverserons à une association œuvrant contre la colonisation en Palestine. Même si le résultat matériel reste modeste, la portée symbolique est grande, belle et plus que jamais nécessaire.

Les rencontres, les échanges, les discutions de ce 24 juin 2017, nous ont encore une fois données la motivation, pour l’année prochaine si nécessaire réitérer à nouveau cette action. Merci à tout-e-s les jou-eurs-euses et à tout-e-s les participant-e-s, et à l’année prochaine, puis à l’année suivante, jusqu’à ce que la raison l’emporte et que chaque Palestinien-ne-s, soit libre au sein de son propre État : La Palestine.

 

Assez de la colonisation vive la Palestine libre !