Chroniques des luttes

1/ Alexandre Langlois, secrétaire général du syndicat Vigi-CGT Police, affirme, à propos des casseurs lors de la manif du 1er mai:

 » Selon nos collègues CRS, les ordres de la préfecture de police étaient: s’il y a de la casse on laisse casser ».

 

2/ La CGT énergie, solidaire des cheminots, coupe l’électricité de la tour Incity, siège de la direction régionale de la SNCF

La CGT énergie coupe l'électricité dans la "Tour Incity" de Lyon, siège de la SNCF

 

PCF // Les casseurs du modèle social français remercient les casseurs des manifs !

De quoi a-t-on parlé dans les médias hier après la manif du premier mai?
De l’avenir du rail en France et de son rôle dans la transition écologique?

Du statut des cheminots?

De la grève SNCF et des moyens de la soutenir?

De « parcours sup » et de la sélection à l’université?

De la dégradation bien entamée du service public hospitalier?

De la loi travail XXL?

Tous ces sujets, qui concernent le quotidien de millions de Français, disparus derrière le vandalisme d’une poignée d’individus prétendument anti-système.

A croire que les violences des « casseurs » d’en bas arrangent bien les « casseurs » d’en haut. Car si ces violences sont condamnables, elles ne doivent pas servir à dissimuler la casse sociale sans précédent menée tambour battant par Macron pour les intérêts du capital. Aucun doute: cette agression de la France et de son modèle social causera, à terme, des dégâts d’une bien plus grande ampleur

Docteur Jean-Louis, Mister Fousseret

Résultat de recherche d'images pour "jean louis fousseret"

 

Jean-Louis Fousseret a donné à l’ER du 29 avril un long entretien dans lequel il apporte un soutien sans réserves aux réformes d’Emmanuel Macron qui précarisent le travail, sécurisent le capital, privatisent les biens communs et détruisent le socle des solidarités.  Contre toute évidence, il est  dans le déni des effets inégalitaires et inhumains des choix politiques du gouvernement, et dans l’occultation des  difficultés financières dans lesquelles se trouvent les collectivités locales suite aux choix budgétaires.
Notre opposition aux choix politiques nationaux du maire est totale.
Il réaffirme par ailleurs son attachement au programme municipal qui, jusqu’à présent, est effectivement appliqué, et se caractérise par  une extension des services publics (eau, déchets), par leur tarification sociale allant jusqu’à la gratuité, et par la préservation des budgets de solidarité. Le 1er mai, une maison du peuple a été restaurée avec des financements importants de la ville ! Tout un programme anti-Macron en quelque sorte…. Heureusement que le maire n’est pas seul dans le Conseil municipal et que des élus résistent à l’air du temps.
Il est souvent reproché aux responsables politiques de ne pas faire ce qu’ils disent. Pour une fois, on ne s’en plaindra pas!

Le président du groupe des élus communistes reverse ses indemnités à la caisse de grève des cheminots

Ce matin les élus communistes présents à l’assemblée générale des cheminots ont réaffirmer leur soutien à leur l’action, et leur conception de leur rôle d’élus en soutien aux luttes. Ce soutien s’est traduit par le renversement de l’integralité des indemnités d’élus du président du groupe PCF du conseil municipal de Besançon. A travers la lutte des cheminots on sent bien que le soutien de la population va bien plus loin car cette lutte symbolise le ras le bol d’un système nous mets tous en concurrence au profits de quelques uns.