Démantèlement du campement d’arène: Réaction de l’intergroupe

Nous venons d’apprendre le démantèlement du camp de migrants rue d’Arènes.
Nous avions interpellé le Maire à ce sujet lors de la municipalité du 15 octobre 2018. Nous avons manifesté notre inquiétude et notre souhait d’avoir des informations.
Cette trentaine de migrants, embarquée aujourd’hui par les forces de police, attendait le règlement de leur situation.
Ils vivaient sous des tentes grâce à des associations et des citoyens qui leur avaient fourni des couvertures, de la nourriture et le lien humain qui leur permettait de ne pas tomber dans l’abandon total.
Nous, élus de l’intergroupe de la Ville de Besançon, n’admettons pas cet état de fait qui condamne des enfants, des femmes et des hommes à vivre dans une telle précarité, quelque soit son statut, son origine, sa nationalité.
Nous n’acceptons pas que, sur notre territoire, les Droits fondamentaux de l’Homme ne soient pas respectés.
Nous demandons, en tant qu’élus de la Ville de Besançon à être informés du devenir des familles de migrants embarqués ce matin.
Nous demandons à la première adjointe, vice-présidente du CCAS de nous tenir informés très précisément sur le bilan des actions en cours en direction des personnes en situation de précarité et donc, des migrants.
Nous demandons à ce qu’une rencontre avec les associations qui gèrent l’accueil des migrants non pris en charge immédiatement par les dispositifs d’Etat ou du département, soit organisée de manière à trouver des solutions pérennes, plus humaines .
Nous demandons que face à de telles situations, la Ville prenne ses responsabilités et s’engage à ce que plus aucune personne ne se trouve dans la rue sans toit et dans l’isolement.

L’intergroupe du conseil municipal et du conseil d’agglomération bisontine

Action «Oui aux trains de nuits»

« A Besançon, nous nous associons à la mobilisation européenne des collectifs « Oui au train de nuit », « Back on Track » et « Stay Grounded » en faveur du train de nuit comme alternative à la croissance de l’aviation, nous serons sur le parvis de la gare Viotte le vendredi 5 octobre à 17 h 30 pour dire « oui aux trains de nuit, oui aux trains du quotidien »

 

Par ailleurs, la Ministre des transports a annoncé samedi 22 septembre la prolongation au-delà de 2020 des 2 lignes existantes ainsi qu’un financement pour la rénovation des voitures-couchettes à hauteur de 30 millions d’euros. Nous félicitons la ministre de cette annonce et lui demandons d’aller plus loin en réouvrant les lignes intercités de nuit déjà fermées sous couvert d’une baisse de la fréquentation. Argument tronqué puisque les taux d’occupations sont élevés et constants. C’est le nombre de trains en circulation qui s’est fortement réduit depuis 2011. Pour leur part les voyageurs plébiscitent les aspects pratiques du train de nuit.

 

Les trains de nuit sont une des composantes de la stratégie globale ferroviaire, leur maintien est essentiel car ils répondent à un besoin spécifique : les trajets nocturnes de 4 à 8h . En effet les trains de nuit permettent  de relier des territoires éloignés, sans perte de temps car on voyage pendant son sommeil, à un coût raisonnable (économie d’une nuit d’hôtel) avec un impact environnemental bien plus faible que l’avion ou la voiture.

 

Par exemple depuis Besançon, il existe un besoin pour les trains de nuit transversaux. Actuellement 7 heures de voyage en train sont nécessaire pour rejoindre Nice, Port-Bou, Toulouse ou Brest, et plus de 8 heures pour Pau ou Tarbes.

 

Maintenir les trains de nuit permet également de maintenir le Fret ferroviaire, les trains intercités de nuit et de fret utilisent le même réseau  dans des conditions similaires, engager la rénovation nécessaire de ces lignes conduit donc à faire « d’une pierre deux coups».

 

Le maintien des lignes intercités de jour est lui aussi essentiel, qu’aucune fermeture de lignes n’est sans conséquence, il faut en priorité miser sur la rénovation, l’entretien, la réouverture des voies, maintenir ouvertes les petites gares, comme celle de Franois par exemple. Seul le maintien et le développement d’une offre diversifiée permettra aux trains d’assurer efficacement leur rôle de transport alternatif à la voiture et aux avions.

 

Nous soutenons une stratégie d’avenir qui met la priorité sur la qualité d’un service public du transport ferroviaire et la fiabilité du réseau. Défendons nos territoires, défendons nos trains ! 

Signataires: Avb (asso vélo Besançon),la Fnaut (fédération des usagers du train), CGT cheminot, EELV, PCF, Génération.s, Ensemble !, PS, Collectif à gauche citoyens.