Sécurité : Rassurer n’est pas forcément protéger ! (Fil Rouge)

 

La ville dépense 1 million d’euros par an pour la vidéo surveillance (achat de caméras, maintenance, personnels et locaux pour la surveillance). Pour quelle efficacité ?

Peu d’études ont été menées sur l’impact des caméras de surveillance. Les spécialistes estiment que l’amélioration du taux d’élucidation des délits est de l’ordre de 0,1 %, ce qui est négligeable et ne justifie pas la gabegie financière liée à ces installations.

Si les caméras rassurent, elles n’ont pas prouvé une réelle efficacité.

Par exemple, la ville de Nice a installé plus de 1200 caméras. Quelques jours avant l’attentat, le terroriste est venu en repérage. Avec son camion, Il a fait 11 allers et retours sur la promenade des Anglais, interdite aux poids lourds de cette taille. Il est monté sur les trottoirs. A chaque fois, il a été filmé, sans résultat !

Les élus communistes estiment que le million d’euros dépensé par la ville seraient mieux utilisé s’il était orienté vers la prévention, en lien avec les associations de quartier, les habitants, les bailleurs et une présence policière de terrain.