Grande manif pour la justice fiscale !

bandeau_manif_1er_dec_austerite.indd

Des bus sont mis à la disposition des franc-comtois qui souhaiteraient participer.

Départ à 7h du parking Battant (Besançon). Retour aux alentours de 23h.

30€ par personne.

Renseignements et inscriptions
au 06 04 51 91 02 ou sur marche.decembre@gmail.com

 

Déclaration de Pierre Laurent,
secrétaire national du PCF

L’état social et politique du pays est de plus en plus préoccupant. D’un côté, les souffrances populaires grandissent. De l’autre, le capital continue de licencier et de tout faire pour se soustraire à l’impôt. La politique gouvernementale, qui a renoncé à combattre la finance, s’enfonce dans l’injustice. Elle est  rejetée, la colère et les cris d’alarme montent de partout. Et François Hollande n’entend rien, il refuse la moindre inflexion d’un cap qui mène pourtant à l’évidence à l’échec. La droite, le Medef et l’extrême-droite cherchent à en tirer profit en jetant la confusion sur les causes de la crise et sur les solutions nécessaires, en nourrissant un climat de violences. Il n y a rien à attendre de ce côté là dans l’intérêt du peuple.

Dans ces conditions, la mobilisation populaire pour imposer de nouveaux choix politiques de justice est indispensable. Des choix qui stoppent les licenciements, répondent aux urgences du pays  par la justice sociale et fassent enfin payer le capital, c’est la seule voie sérieuse de sortie de la crise. La seule voie possible à gauche, car le problème du pays n’est pas le coût du travail mais le coût du capital.

J’appelle, au nom du Parti communiste français, suite aux réunions de notre comité exécutif national et des secrétaires départementaux, à engager, dans tout le pays et dans la durée, une campagne nationale d’actions politiques pour la justice fiscale et l’arrêt des licenciements; pour la fin de l’austérité et le refus des injonctions européennes; pour la relance sociale, industrielle et écologique. Nous sommes disponibles pour les initiatives d’actions les plus large possibles, associant toutes les forces de gauche, du Front de gauche et au delà, citoyennes, syndicales et associatives  disponibles pour en déterminer ensemble les objectifs. Nous soutiendrons les mobilisations syndicales engagées dans le respect du rôle de chacun, notamment la journée d’ action intersyndicale organisée le 26 novembre pour les retraites, les salaires et l’emploi.

Le pays doit en effet imposer par sa mobilisation de nouvelles lois et de nouvelles décisions permettant :

– de rétablir la justice fiscale, de lutter contre l’évasion fiscale, de faire réellement contribuer le capital au financement des budgets de la nation, et de la protection sociale. La hausse de la TVA prévue au 1er janvier pour financer le crédit impôt compétivité distribué sans contrepartie aux entreprises doit être annulée. Les exonérations de cotisation sociale accordées au patronat doivent être entièrement remises à plat.

– de stopper l’hémorragie actuelle d’emplois singulièrement dans l’industrie et les services publics, en votant nos propositions de loi pour l’interdiction des licenciements boursiers et l’amnistie sociale; en décrétant un moratoire des plans de licenciements pour examiner dans chaque entreprise des plans alternatifs et leur financement; en annulant les coupes budgétaires dans les services publics, en décrétant un moratoire des restructurations hospitalières, et en rétablissant les dotations aux collectivités locales.

– d’impulser un plan national de relance social, industriel et écologique, en augmentant les salaires et le pouvoir d’achat, et en mobilisant l’argent des banques et des assurances pour financer l’activité réelle et non les dividendes et la rentabilité des marchés financiers.

– de sortir du carcan de l’austérité et de la concurrence aveugle imposée par l’Union européenne. La France doit dénoncer le critère  intenable des 3% de déficit public, ainsi que les nouvelles injonctions de déréglementation notamment en matière de droit du travail, de transport ferroviaire et de politique agricole et demander à rouvrir la négociation européenne sur tous ces points.
Pour lancer cette campagne, le Parti communiste appelle à une semaine d’actions avec marches, sit-in, soutien aux entreprises en lutte, occupations symboliques de places, chaînes humaines…et toutes autres formes décidées localement du 25 novembre au 1er décembre dans tout le pays. Il sera pleinement partie prenante de la marche pour la justice fiscale, pour l’annulation de la hausse de la TVA et la taxation du capital  organisée à l’initiative du Front de gauche le 1er décembre à Paris devant Bercy.

11 novembre 2013

Le Front de gauche appelle
à une marche le 1er décembre

Contre l’injustice fiscale et sociale, le Front de gauche appelle à une grande marche le dimanche 1er décembre à Paris pour une révolution fiscale, la taxation du capital et l’annulation de la hausse de la TVA. Cette marche se dirigera vers le « portique » de Bercy, symbole de la politique du gouvernement Ayrault plus favorable au Medef et à la finance qu’aux salariés et à la grande masse de la population.

Cette manifestation aura lieu au moment du vote du budget d’austérité auquel nous nous opposons. Cette politique continue à entraîner le pays dans la stagnation économique, elle amène toujours plus de chômage et de licenciements. Après Sarkozy, elle aggrave l’injustice fiscale en augmentant les impôts pour la grande majorité de la population tout en multipliant les cadeaux au patronat et en continuant la destruction des services publics et de la protection sociale. C’est inacceptable et cela bafoue le principe républicain d’un impôt juste. La hausse de la TVA prévue le 1er janvier en est l’exemple le plus scandaleux puisque prévue pour pallier une partie des 20 MDS d’Euros accordés au patronat sans aucune conditionnalité. C’est pourquoi nous exigeons son annulation immédiate.

La colère populaire contre les conséquences de l’austérité est juste et légitime. La droite, le Medef, l’extrême droite essaient aujourd’hui de la dévoyer. Leurs objectifs n’ont rien à voir avec les intérêts du peuple : il ne faut pas les laisser faire.

C’est pourquoi le Front de gauche conçoit cette initiative comme la plus ouverte possible. Il appelle en conséquence tous ceux et celles, organisations et personnalités, qui refusent cette politique socialement et écologiquement désastreuse à prendre des initiatives localement et à faire de cette marche la leur. Nous sommes donc disponibles à la préparer ensemble.

Il est temps pour ceux qui ont voulu la défaite de Nicolas Sarkozy et enragent de voir sa politique continuer à être appliquée, de se mobiliser le plus largement possible dans l’unité.

La marche du 1er décembre sera précédée par une semaine d’actions pour la justice fiscale et contre les licenciements et notamment la journée d’ action intersyndicale organisée le 26 novembre pour les retraites, les salaires et l’emploi.