Formation du 25 mai 2013

« La lutte des classes selon Marx »
par Florian GULLI

I. Critiques de l’idée de lutte des classes.

1. « Les classes sociales, ça n’existe pas! ».

A. Les classes sociales disparaissent lentement au profit d’une immense classe moyenne.

B. La disparition de la conscience de classe.

2. « D’accord,il y a des classes, mais elles ne sont pas en lutte ».

A. Les intérêts des différentes classes sociales sont convergents.

B. Il y a bien des rivalités économiques entre les classes sociales, mais pas de lutte pour le pouvoir politique.

3. « Il y a bien des classes et même une lutte des classes, mais ce n’est pas celle que vous croyez ! ».

II. La lutte des classes selon Marx.

     1) Qu’est-ce qu’une classe sociale pour Marx ? Il appelle « classe » un ensemble d’individus qui occupent une même place dans la sphère de la production économique.

     2) Mais la position objective dans la production ne suffit pas à définir la classe. Les classes se constituent réellement au cours des luttes sociales.

     3) L’enjeu de cette lutte n’est pas, pour Marx, un meilleur partage de la richesse entre capital et travail. La lutte des classes n’est pas une lutte pour le revenu mais une lutte pour le pouvoir politique.

III. Fécondité de l’analyse marxiste de la lutte des classes.

     a/ L’immigration.

     b/ Le racisme.

     c/ Origine de la seconde guerre mondiale.

IV. La pluralité des dominations et leur connexion.

     La lutte des classes est bien quelque chose, mais elle n’est pas tout. Il existe des dominations (masculine, hétérosexuelle, etc.) et donc des conflits qui ne dérivent pas de la lutte des classes et qui ne disparaîtraient pas avec le capitalisme.

  Nécessité néanmoins d’articuler les dominations.

L’intégralité de l’intervention sur le lien ci-dessous :

CLASSES SOCIALES

Marchons contre le racisme, le 30 novembre 2013

Un climat nauséabond s’installe dans notre pays. Le garde des Sceaux, Ministre de la Justice, Christiane Taubira, a subi ces dernières semaines des attaques racistes venues de temps obscurs que l’on croyait révolus. Les déclarations racistes d’une candidate du Front National, les invectives d’enfants, téléguidés par leurs parents, traitant la Ministre de la Justice de « guenon », sont une souillure pour la République.

Ces propos attaquent frontalement des millions d’êtres humains originaires d’Afrique, des Caraïbes, des Amériques, de l’Océan indien, citoyens français ou non et dont les aïeux ont été jadis martyrisés du fait de leur couleur de peau. Ils constituent une atteinte violente contre toutes et tous car ils visent au coeur du pacte républicain.

Nous condamnons solennellement cette dérive raciste, de même que les actes et propos qui en ont permis la maturation. Nous n’admettons pas que des millions de personnes soient déniées dans leur humanité et leur citoyenneté, que ce soit en raison de leurs origines, de leur situation sociale, de leur culture, de leur religion… Nous ne supportons pas que des boucs émissaires soient désignés comme les responsables de nos maux et comme des menaces sur notre avenir.

Alors que la France doit affronter des énormes défis liés à la dégradation économique, au chômage et aux inégalités, face à ceux et à celles qui veulent aviver les souffrances sociales, les peurs et les colères, nous nous dressons pour affirmer avec force : la République n’a d’avenir qu’égale, solidaire et fraternelle.

C’est pourquoi nous appelons toutes celles et ceux qui ont à coeur les valeurs de l’humanité, toutes celles et ceux qui veulent opposer l’égalité et la fraternité aux visages hideux du racisme à participer à une marche le 30 novembre partout en France métropolitaine et dans les Dom Com.

SAMEDI 30 NOVEMBRE / 15H00
PLACE DU 8 SEPTEMBRE / BESANCON

Signatures nationales : CollectifDOM, CM98, LDH, SOS Racisme, MRAP, LICRA, CFDT, CGT, UNSA, FSU, Union syndicale Solidaires, CFTC, FCPE, Ligue de l’enseignement, UEJF (Union des étudiants juifs de France), FIDL, UNEF, UNL, France Terre d’asile, UFAT ( Union Française des associations Tziganes), EGAM, FNASAT, R=(Respect), Banlieues du Monde, Ni Pute Ni Soumise, Collectif des écrivains nègres, Association ultramarine de France, Les amis du PPM en France, Haut, Conseil des Maliens de France, Association pour la Promotion de la Langue et la culture Soninké (APS), Association culturelle de musulmans de Drancy, Conseil de Coordination des organisations arméniennes, la Maison des potes, Mémorial 98, le Syndicat des Avocats de France (SAF), le Syndicat de la Magistrature, les Marianne de la diversité, RESF, Fédération des Mutuelles de France, Mouvement de la Paix, Fondation Copernic, SNES, CIMADE, SNEP, SNUEP, Droit au logement-DAL