Occupation de l’Agence HSBC de Besançon par le PCF

France 3 Franche Comté

Est Républicain : « Action symbolique de protestation contre l’évasion fiscale à l’agence HSBC de Besançon »

Christophe Lime remet le RIB de la ville à la direction bisontine d’HSBC, « pour le cas où elle déciderait de verser les 12 millions d’euros de fraudes fiscales qui manquent à Besançon ». Photo Ludovic LAUDE

Christophe Lime remet le RIB de la ville à la direction bisontine d’HSBC, « pour le cas où elle déciderait de verser les 12 millions d’euros de fraudes fiscales qui manquent à Besançon ». Photo Ludovic LAUDE

L’ACTION se veut symbolique mais ferme. Le PCF et le Parti de gauche de Besançon ont décidé, hier, de se rassembler devant La Poste de la rue Proudhon avant de se diriger vers l’agence de la banque HSBC de la rue de la République. En cause : les révélations du scandale Swissleaks qui ont mis au jour un vaste système d’évasion fiscale orchestré, entre autres, par le groupe bancaire anglais.

« On vient chercher l’argent du contribuable », résume Christophe Lime, élu de la ville. « HSBC fait marcher une fraude fiscale qui représente en tout un détournement de 180 milliards d’euros en Europe, dont 80 milliards d’euros pour la France, qui représente le déficit auquel fait face l’Etat. La moitié des sommes s’évadent vers la Suisse, l’autre moitié vers les paradis fiscaux, dont le Luxembourg. Dire que c’est un pays de la Communauté européenne. C’est tout simplement scandaleux. »

Rien que sur la France, rappellent les militants, la perte est de 6 milliards d’euros par an, soit 100 € par habitants. « Si nous prenons l’exemple de Besançon, les pertes sont de 12 millions d’euros. Exactement ce qui va manquer aux 120.000 habitants de l’agglomération du fait du désengagement de l’Etat, qui entraîne une baisse des dotations pour la Ville, le Département et la Région. Le contribuable doit-il encore supporter de se serrer la ceinture pour les nantis ? Doit-il payer une dette que d’anciens préfets, footballeurs ou acteurs, entre autres, refusent d’acquitter, avec la complicité des banques ? Non ! »

« Comment bien remplir sa feuille d’impôt sans rien oublier »

Bien décidée, la troupe se dirige à présent vers l’agence HSBC de Besançon. Aucun obstacle ne leur est opposé pour y entrer. Après tout, l’endroit n’est fréquenté que par du personnel non concerné par des décisions et pratiques utilisées par une hiérarchie qu’il ne voit jamais. C’est pour cela que l’échange reste pacifique.

La direction de l’agence va au-devant de la délégation et écoute les doléances de Christophe Lime. Après avoir présenté les raisons de sa venue, ce dernier lui donne un certain nombre de documents.

« Je vous remets tout d’abord le courrier que Pierre Laurent, sénateur de Paris et secrétaire national du PCF, a adressé à toutes les personnalités qui ont été mentionnées dans l’affaire dite du « Swissleaks », accompagné d’un manuel édité par nos soins pour rappeler à vos clients les plus importants “Comment bien remplir sa feuille d’impôt sans rien oublier”. »

Tant qu’il y est, l’élu tend au directeur de l’agence le relevé d’identité bancaire – « le vrai », tient-il à préciser – de la Ville de Besançon, « pour le cas où vous auriez le bon goût de verser les 12 millions d’euros qui nous manquent à cause des agissements des financiers pour lesquels vous travaillez. » A bon entendeur.

La direction, invitée à s’exprimer, oppose un silence de convenance. Gênée aux entournures, sans doute étrangère à des tractations qui la dépassent, elle prend acte des demandes. Le message est passé. Les militants repartent dans le calme, sous les yeux médusés des quelques clients venus faire leurs opérations courantes.

Paul-Henri PIOTROWSKY