Des exploitants exploités

fond-ecran-vacheFace à la grogne des éleveurs le gouvernement dégaine « un plan d’urgence »  qui donnera une petite bouffée d’oxygène à ces derniers en reportant des … reports de cotisation et d’acquittement d’impôts! Mais au bout du compte il faudra toujours payer, continuer à trimer et peut être tout perdre quand même.
Ce plan d’urgence qui vient comme un pansement sur une jambe de bois n’éradique pas le mal qui ronge l’agriculture: l’exploitation par les banques et les grands groupes de l’agro-alimentaire et de la grande distribution.
Il est grand temps de légiférer pour remettre en question le pouvoir des grandes banques qui se nourrissent de l’endettement des paysans ainsi que des pratiques de la grande distribution et des centrales d’achats qui poussent à vendre à perte.
Le fond du problème est là, les lois successives de libéralisation de l’économie fragilisent les agriculteurs face aux géants de la distribution et de la finance et organisent le pillage du travail paysan.
C’est pourquoi nous demandons une nouvelle organisation de marché incluant des prix de base et une régulation des volumes.
C’est pourquoi la fédération PCF du Doubs rééditera également sont action de vente de fruits et légumes en direct du producteur au consommateur le 4 septembre à Besançon et à Montbéliard afin de sensibiliser les consommateurs aux marges de la grande distribution et les avantages des circuits courts.
Nous serions d’ailleurs ravis de travailler avec tous les agriculteurs qui souhaiteraient prendre part cette action, et nous les invitons donc nous contacter dans le courant de l’été.

Thibaut BIZE
Secrétaire de la Fédération PCF du Doubs